Les secrets du stick solaire : interview de notre Experte Formulatrice

Rencontrée au tout début de l’aventure Monjour, Virginie Pluys est fondatrice et responsable R&D d’un laboratoire. Concrètement, cela veut dire quoi ? Oeuvrant dans l’ombre, c’est elle qui façonne sur-mesure nos soins, en respectant toutes nos exigences ! Pour vous, Audrey et Manon ont recueilli ses confidences. Elle nous dévoile les coulisses de son métier mais aussi du développement de l’un de nos petits derniers, le stick solaire 🌞


En quoi consiste votre travail ?
Il y a deux ans, j’ai fondé mon laboratoire indépendant de formulation à façon. A partir d’un cahier des charges, je développe des formules de cosmétiques sur-mesure pour des marques existantes ou des porteurs de projets qui souhaitent se lancer dans la création de produits. La propriété de la formule obtenue appartient ensuite au client qui peut, par la suite, l’exploiter comme il le souhaite. 

Avec les produits solaires, on a envie d’être rassuré sur leur efficacité mais aussi leur non-toxicité, sur la peau autant que sur l’environnement.
Il y a 15 ans, les consommateurs voulaient des formules hyper complexes mettant en avant l’aspect scientifique, actuellement ils recherchent avant tout des compositions les plus simples et clean possibles. Ils attendent beaucoup de transparence, même sur le sourcing des ingrédients. Avec les solaires, on est au-delà du cosmétique, sur un indispensable qui touche un domaine de santé publique avec les conséquences des rayons du soleil que l’on connaît sur notre peau. On s’est rendues compte que l’on trouve beaucoup de solaires sur le marché pour les enfants mais applicables seulement à partir de 3 ans. La vraie exigence a été de créer une protection qui puisse s’utiliser avant 3 ans et qui s’adapte aux besoins de toute la famille. L’idée n’étant bien sûr pas de pousser à la surexposition et de toujours respecter les recommandations. On n’expose pas volontairement un bébé au soleil. Mais il y a toujours des zones comme le visage, les mains, etc. qui se retrouvent exposées, notamment à partir d’1 an, quand le bébé commence à marcher.

Partant de ce constat, quelles ont été vos contraintes ? 

La première : une haute protection ; un indice 50 était le minimum.
La seconde concernait l’application, puisque l’on cible une large population. On a travaillé sur une texture qui s’applique facilement, qui ne colle pas, qui ne laisse pas de traces blanches. On l’a fait tester à des enfants : ils l’appliquent de façon autonome sans en avoir plein les doigts et peuvent retourner tout de suite jouer dans le sable. 

Enfin, troisième contrainte majeure : les consommateurs attendent, encore plus dans les solaires, des formulations en accord avec le respect de l’environnement. Pour synthétiser notre cahier des charges : du solaire, pour les bébés et les enfants comme leurs parents, dans le respect de l’environnement. Un sacré challenge !


Conclusion, que pensez-vous du résultat ?  

Je suis très satisfaite ! J’avais déjà travaillé sur le solaire, mais jamais avec toutes ces contraintes et un cahier des charges aussi strict. On a réussi à répondre à toutes les exigences, à faire valider par un toxicologue l’application dès l’âge de 6 mois. Pour être dans la continuité des produits Monjour, il fallait conserver la plaisir à l’utilisation. On retrouve une petite touche de la fragrance Monjour, twistée par le parfum des solaires : je trouve l’odeur divine ! Quant au format stick ultra pratique, il permet une application localisée et il est très facile à transporter, très esthétique : on le glisse dans son sac à main, et on a envie de le sortir !

 

Maintenant que vous savez tout sur sa petite histoire, vous pouvez vous procurer votre stick solaire, le compagnon idéal pour vos vacances d’été ! 

 

L’équipe Monjour




Laissez un commentaire

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.


Partager